+33 (0) 6 30 76 22 37
janodyghm@gmail.com 06 30 76 22 37 06 30 76 22 37

Alpinisme

L’Alpinisme c’est gravir les sommets en utilisant différentes techniques de progression et surtout en se faisant plaisir.

Pour pratiquer cette discipline il faut avoir le goût de l’effort, une dose de courage et une âme d’aventurier.
Les Alpes sont un immense terrain de jeu, des massifs préalpins calcaire comme les Aravis aux grands sommets du massif du Mont Blanc en Haute-Savoie, le choix des courses en montagne est large et varié.

Ils existent plusieurs catégories de courses à effectuer en fonction des saisons :

Les courses de rocher, ce sont majoritairement des courses d’arêtes qui se déroule en altitude, elles peuvent comporter une approche glaciaire ou pas, parfois longue, parfois engagée, et parfois facile… les courses de rocher sont vraiment la base de l’alpinisme, elle demande un sens de l’itinéraire et une aisance en escalade, quelques exemples : Arête du Doigt à la Pointe Percée, Traversée des Aiguilles d’Arolla, Aiguille de l’M à Chamonix, Voie Bacquet-Rébuffat à l’Aiguille du Midi…. Ou encore les grandes voies de l’envers des Aiguilles.
Il faut avoir déjà pratiqué l’escalade en rocher ou en falaise avant de se lancer sur ce type d’ascension, certains passages à gravir demande aussi une bonne condition physique et de l’expérience en terrain rocheux du fait de l’altitude ou du type de rocher.

Les courses de mixte, mixte glace, neige et roc, discipline maîtresse de l’alpinisme ces courses d’altitude nécessitent des conditions particulièrement bonnes, on y utilise différentes techniques de l’alpinisme tel que le cramponnage 10 pointes ou 2 pointes avant, les techniques de progression en glace et neige, les techniques de progression en rocher et glace. Ces courses nécessitent une bonne condition physique et des prérequis. Quelques exemples : Grépon-Mer de Glace, Traversée des Aiguilles d’Entréves, L’Arête des Cosmiques, Goulotte du Tacul, le Cervin

Escalader une montagne comme le Cervin reste réserver aux alpinistes possédant déjà une bonne expérience de la montagne, gravir ce sommet reste une aventure engagée et une préparation est indispensable pour faire face aux éventuels aléas.

Les courses de Neige, elles se déroulent principalement sur des pentes de neige de 30 à 55 °, elles sont souvent classiques et en altitude, en zone glaciaire… ces sont des courses qui peuvent se faire avec des bonnes conditions de neige dur afin de ne pas trop « enfoncer ». Elles font souvent rêver car c’est un peu ça l’alpinisme : Un beau sommet de neige immaculée et pointu ! Quelques exemples : Le Mont-Blanc, L’Aiguille verte par le Whymper, Tête Blanche, Mt Blanc du Tacul, le Dôme de Neige des Écrins, l’Everest !

Comment débuter en Alpinisme ?

L’alpinisme n’est forcément synonyme de performance et de difficulté, il peut aussi être une façon de contempler la montagne et de profiter de la nature en évoluant dans cet univers sensible et protégé, les alpinistes aiment les ascensions aussi pour le plaisir de partager une belle aventure en montagne.
L’alpiniste débutant devra se former sur tous les types de terrains : rocher, neige et glace car lors d’une ascension on peut rencontrer beaucoup de terrain différent, le plus souvent les courses de haute-montagne sont mixtes car il y une partie d’évolution sur glacier.
En général on débute par des écoles, le plus souvent une école de rocher pour apprendre les rudiments de l’escalade en rocher, mais aussi le maniement des cordes et des techniques d’assurage.

Le rocher permet de devenir montagnard et d’avoir le pied alpin, c’est-à-dire de pouvoir être à l’aise dans les terrains escarpés que l’on peut retrouver sur des sentiers raides ou lors de passage facile en escalade facile dans un couloir ou une cheminée en rocher.

L’école de glace permet-elle de se familiariser avec l’usages des crampons et du piolet sur un glacier mais aussi en cascade de glace avec la technique piolet traction.
Mais avant d’en arriver là pour gravir des goulottes, il faudra maîtriser la technique du 12 pointes, c’est-à-dire utiliser ses crampons dans des pentes à 45-55° en laissant toutes les pointes à plat sur la glace.

L’École de neige est aussi très importante, elle vous permettra de connaître les limites des crampons sur la neige molle et aussi de vous entrainer à enrayer une chute sur une arrête ou dans la neige.

Une fois ces trois écoles effectuées, il est possible de démarrer de petite course d’initiation afin de se familiariser avec l’univers de la haute-montagne et l’altitude avec un guide de haute-montagne.

Se perfectionner à l’alpinisme ?

En alpinisme on arrive à l’autonomie technique mais encore faut-il disposer de l’expérience et des connaissances spécifiques au milieu pour pouvoir appréhender les risques et les dangers.
L’ascension des plus hauts sommets ou de simples excursions peuvent tourner à la catastrophe si l’on respecte pas les règles.
Les guides de haute-montagne sont aussi là , pour vous permettre de gagner en autonomie, le perfectionnement sera de devenir premier de cordée, et d’être autonome en milieu glaciaire lors d’une première ascension comme l’Aiguille du Tour, Tête Blanche ou la petite aiguille verte.
Le guide vous dispensera des conseils techniques mais vous formera aussi sur la conduite de cordée en terrain mixte, couloirs et terrain rocheux.
Assurage, secours, technique de progression, aspect météorologiques etc… beaucoup de thème très complet à aborder pour se perfectionner à la sécurité.